L’Attaque des Titans (Shingeki No Kyojin) ~ Tetsuro Araki

Depuis un an, les productions télévisuelles ont largement été bouleversées par la pandémie mondiale : tournages retardés, séries annulées et pertes d’audiences ont petit à petit freiné les ardeurs du petit écran. Aujourd’hui, les programmes dignes d’intérêt se comptent sur les doigts d’une main, et la déception nous attend souvent au détour du chemin – Zoey’s Extraordinary Playlist nous aura offert un deuxième volet assez chaotique, The Handmaid’s Tale n’aura jamais autant divisé ses spectateurs et les nouveautés se révèlent bien trop pauvres pour attirer notre attention. Quand rien ne trouve plus grâce à nos yeux, il s’avère particulièrement salvateur de se tourner vers le paysage audiovisuel japonais. Avec ses films d’animation enchanteurs, ses longs-métrages apaisants et ses séries animées mondialement reconnues, le pays du Soleil levant est toujours une valeur sûre pour allier qualité, évasion et intelligence. Adaptée du manga du même nom écrit par Hajime Isayama, la série Shingeki no Kyojin (L’Attaque des Titans en français) a incontestablement tous les atouts pour marquer l’année 2021 avec l’arrivée de sa quatrième et ultime saison.

Avec sa première saison diffusée en 2013, Shingeki no Kyojin aura su se faire désirer au fil des ans. Tributaire de l’avancée du manga au format papier, la série aura mis pas moins de neuf ans pour faire naître à l’écran ses quatre saisons, soit à ce jour soixante-quinze épisodes seulement. Il faut pourtant reconnaître que l’attente en vaut largement la chandelle, tant Shingeki no Kyojin fait preuve d’une inventivité, d’une intensité et d’une profondeur folles. Dans le premier épisode, nous découvrons une humanité décimée, réfugiée derrière trois murs pour échapper à une menace terrible : celle des Titans, géants à l’apparence étrangement humaine, dont le seul but est de dévorer les derniers hommes sur Terre. Parmi eux, le jeune Eren, sa sœur adoptive Mikasa et leur ami Armin, qui voient leurs proches assassinés sous leurs yeux, vont rejoindre la bataille contre les Titans et lutter pour leur survie et celle de leurs semblables. D’emblée, la série entoure son univers post-apocalyptique d’une multitude de mystères : d’où viennent les Titans ? Pourquoi veulent-ils anéantir l’humanité ? Comment les hommes, petites fourmis face à ces créatures colossales, peuvent-ils organiser leur survie ? Existe-t-il un monde extérieur et à quoi ressemble-t-il ?

Pour répondre à ces questions qui nous tiraillent, Shingeki no Kyojin ne se contente pas d’être une simple série catastrophe où primeraient l’horreur, le sang et la destruction. Avec son atmosphère très sombre, son sujet terrifiant et ses graphismes réussis, la série maîtrise parfaitement ses visuels et ses effets, en apportant un soin tout particulier à ses cliffhangers, sommets de suspense insoutenable, et à ses scènes de combat, menées tambour battant par une musique galvanisante et une intensité qui prend aux tripes. Mais là où Shingeki no Kyojin se distingue d’une série horrifique, c’est qu’elle se révèle maîtresse dans l’art de sonder les angoisses humaines les plus enfouies. Lorsque les personnages se retrouvent confrontés à la puissance et à la cruauté des Titans, à la perte de leurs proches ou à leur propre mort, la série parvient à capter toute la terreur qui les envahit, la fatalité et le désespoir dans leur forme la plus bouleversante. L’émotion et l’implication du spectateur peuvent alors naître pleinement, portées par une ribambelle de personnages aux personnalités marquantes : Eren, animé par la rage et la soif de vengeance, Mikasa, combattive et déterminée, Armin, plein de douceur et de sagesse, le major Erwin et son intelligence redoutable, l’impitoyable caporal Rivaille ou encore Hansi et son côté scientifique fou forment, tous autant qu’ils sont, un groupe soudé, armé de courage et prêt à tous les sacrifices.

Impossible dès lors de ne pas s’attacher viscéralement à cette série singulière et poignante où chaque personnage lutte pour ce qu’il a de plus précieux : sa famille, ses amis, son village, mais aussi son avenir, ses rêves ou son envie de découvrir le monde. En accordant une grande place aux souvenirs d’enfance de ses protagonistes, Shingeki no Kyojin se laisse joliment envahir par la nostalgie d’un temps de paix révolu, par la poésie d’un monde extérieur inconnu et fantasmé, et par une mémoire oubliée qu’il s’agit de reconstituer pour accéder à la vérité. Au fil des saisons, la série revêt alors une dimension plus politique, voire « historique », à mesure que les personnages vont éclaircir les mystères qui entourent leur condition funeste et tragique. En gagnant en réalisme et en passant par d’inévitables épisodes explicatifs, Shingeki no Kyojin ne perd pas pour autant tout ce qui fait sa puissance incomparable : son sens de l’action, du suspense et de la surprise ; la diversité de ses points de vue et l’exploration des convictions profondes de ses différents héros ; ses réflexions universelles sur le sens de l’existence, l’instinct de survie, l’injustice et la haine entre les hommes.

Avec son intrigue complexe, son essence dramatique et ses personnages profondément humains, Shingeki no Kyojin est une œuvre exigeante, addictive et pour le moins unique. Malgré un format qui peut paraître déroutant aux spectateurs occidentaux peu habitués aux animes japonais, la série vaut pourtant la peine qu’on s’y intéresse de près, tant elle se montre sous certains aspects bien plus ambitieuse et fascinante que les grands succès télévisuels américains. En mêlant la terreur à la poésie, la monstruosité à l’humanité, la violence à l’espérance, Shingeki no Kyojin devient une grande fresque sur la condition humaine dans toutes ses contradictions, dans sa beauté comme dans ses abominations. Pour que la série confirme bel et bien sa place parmi les meilleures productions de ces dernières années, voire de tous les temps, il faudra attendre patiemment la diffusion de son grand final, prévu pour janvier 2022. D’ici là, nous aurons tout le loisir de voir et revoir cette série titanesque, pour prendre toute la mesure de sa grandeur et trembler à nouveau d’effroi aux côtés de ses protagonistes, simples mortels qu’Isayama a créés à notre image, pétris d’angoisses, de luttes et d’espoirs.

6 réflexions sur « L’Attaque des Titans (Shingeki No Kyojin) ~ Tetsuro Araki »

  1. Je ne suis qu’un néophyte en la matière et je n’ai regardé la première saison que par intermittence, mais je confirme que cette série déploie des qualités remarquables. J’ai ouï dire que le manga source est supérieur.

    Aimé par 1 personne

    1. Je ne suis pas du tout adepte de mangas et d’animes non plus, mais cette série est clairement ce que j’ai vu de mieux depuis bien longtemps. Je m’y suis mise un peu par hasard, faute d’intérêt pour les propositions américaines actuelles… Le manga est très populaire oui, mais je ne pense pas le lire un jour, je ne suis pas du tout habituée à ce type de lecture.
      J’espère que tu pourras découvrir un jour et apprécier les saisons suivantes, la troisième est très forte en émotions et en révélations, avec beaucoup d’épisodes éprouvants et assez inoubliables.

      Aimé par 1 personne

  2. Coucou Emilie ! Je ne connaissais pas la série Shingeki no Kyojin (L’Attaque des Titans). Je te rejoins, le manga et le cinéma japonais sont très inventif, novateur, percutant. J’ai eu une période où je ne trouvais rien de bon à regarder sur Netflix en série américaine. J’ai l’impression qu’elles se ressemblent toutes. C’est dommage. Je suis aussi abonné à Disney+ mais à part the mandalorian (que j’adore), les séries présentées ne m’enthousiasme guère. Du déjà vu. La série que tu nous présente là est originale et provient d’une culture différente de la nôtre ce qui est très riche. J’aime bien quand tu parles de ces pépites hors norme occidentale, en dehors des sentiers battus. Je te souhaite un beau weekend et merci encore pour les découvertes que tu nous offre ! 😊🌞

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup Frédéric pour ton commentaire ! Je ne connaissais pas du tout cette série non plus, et pourtant c’est un vrai coup de coeur. Une fois qu’on a passé les 3 premiers épisodes, c’est complètement addictif et poignant.
      Je te rejoins sur les séries proposées sur les plateformes en ligne, ça m’intéresse de moins en moins. Il y a peut-être une forme de lassitude qui s’est installée de notre côté, et surtout une uniformisation qui s’est emparée des productions. Ça devient vraiment difficile de trouver des choses originales à regarder en ce moment…
      On sera pourtant toujours là pour écrire et échanger sur les séries, les livres et le cinéma, je nous fais confiance pour trouver des choses de qualité et hors des sentiers battus.😊
      À très bientôt Frédéric ! ☀️

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s