Adolescentes ~ Sébastien Lifshitz

Portrait de deux jeunes filles en feu

L’adolescence est un sujet qui passionne depuis toujours les réalisateurs et les spectateurs du monde entier. Au cinéma comme à la télévision, des oeuvres populaires (Dawson, Juno, Ladybird, Veronica Mars) ou plus intimistes (90’s, Still the Water, My So-Called Life) ont fait la part belle aux personnages adolescents, pour mieux peindre de façon plus ou moins déformante cet âge de la vie si sensible et fondateur. En 2020, le réalisateur français Sébastien Lifshitz s’est penché à son tour sur ce sujet complexe et foisonnant, dans un documentaire tout à fait particulier. Sur pas moins de cinq années, le cinéaste a suivi de près le quotidien d’Emma et Anaïs, deux adolescentes que tout oppose, pour filmer leur évolution physique, psychologique et sentimentale, de leur treize ans jusqu’à leur dix-huit ans.

Au plus près des corps et des visages, Sébastien Lifshitz capte toute l’essence de ces deux adolescentes ordinaires, meilleures amies mais profondément différentes. D’un côté, Emma, jeune fille réservée et solitaire, artiste dans l’âme, issue d’une famille aisée, se laisse porter par ce que l’avenir lui réserve ; de l’autre, Anaïs, impertinente et extravertie, enfant d’un milieu plus modeste, traverse la vie avec générosité, sans demi-mesure. L’une croule sous la pression d’une mère trop exigeante, l’autre se montre plus adulte que ses propres parents. La première supporte l’absence physique de son père, trop occupé par son travail, la seconde fait face à un géniteur mutique et effacé. Aussi dissemblables soient-elles, les deux jeunes filles, éprises de liberté et d’indépendance chacune à leur façon, incarnent des figures modernes de la féminité, et expriment surtout toute la sincérité, l’insouciance et l’incertitude, à la fois paralysante et stimulante, de cette période charnière qu’est l’adolescence.

En mêlant pudeur et indiscrétion, à la fois éloigné et au cœur même de leur intimité, Sébastien Lifshitz suit avec beaucoup de bienveillance le parcours de ces deux jeunes filles. De boîte de nuit en salle de classe, entre disputes avec les parents, tribulations amoureuses et appréhensions face à l’avenir, tout est matière à faire resurgir, chez le spectateur, la nostalgie comme les mauvais souvenirs. Auprès d’Emma et Anaïs, nous revivons avec émotion nos rêves de jeunesse, nos doutes existentiels, nos premières fois, nos deuils familiaux, mais aussi les événements marquants qui ont meurtri la France ces dernières années. Les images des attentats de Charlie Hebdo et du Bataclan, ainsi que les discussions entre élèves qui en découlent, ressuscitent avec fébrilité un traumatisme national encore brûlant, tandis que l’annonce de l’élection d’Emmanuel Macron au journal télévisé ne suscite ni engouement ni fierté dans le cœur des deux adolescentes.

Le documentaire devient alors un savant mélange entre récit initiatique, chronique réaliste et portrait politique d’une jeunesse qui a grandi avec un sentiment d’insécurité grandissant, au cœur d’une France totalement résignée face à ses dirigeants. S’il nous arrive parfois d’oublier que nous nous trouvons face à un film documentaire tant les images sont léchées, les lumières travaillées et le montage profondément narratif, la réalité nous rattrape rapidement, lorsqu’un événement bouleversant revient nous sauter au visage, ou quand les jeunes filles, visiblement habituées à l’intrusion de la caméra dans leur vie, laissent éclater leur authenticité au grand jour. Car malgré les obstacles, qu’ils soient d’ordre familial, scolaire ou sociétal, Emma et Anaïs parviennent au seuil de l’âge adulte telles des guerrières, fin prêtes à prendre leur envol, des projets et des angoisses plein la tête.

Couronné cette année par le César du meilleur film documentaire, Adolescentes est une œuvre lumineuse, toujours juste et profondément authentique. Avec beaucoup d’humour et une émotion à fleur de peau, Sébastien Lifshitz dépeint à merveille ce frémissement entre la naïveté de l’enfance et l’envie pressante d’entrer dans le monde, tout en nous confrontant aux adolescents que nous étions nous-mêmes, peut-être moins affirmés qu’Emma et Anaïs mais tout aussi précaires sur le fil de la vie. Grande fresque d’un passé individuel et collectif, Adolescentes est également un regard tourné vers l’avenir, qui nous laisse entrevoir ce que deviendra cette jeunesse dans un futur plus ou moins proche. Alors que le film se termine et que les jeunes filles voguent vers d’autres horizons, l’envie nous tiraille alors de savoir à quels nouveaux tourments elles devront survivre, et quelles seront leurs plus grandes désillusions, leurs plus belles réussites et leurs joies les plus folles. De nouvelles aventures qui ne pourront prendre vie que dans notre imagination…

4 réflexions sur « Adolescentes ~ Sébastien Lifshitz »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s