Mon année 2020 en séries

Cette année 2020 restera certainement dans les mémoires comme une période particulièrement tourmentée. Plus que jamais, l’être humain s’est renfermé sur lui-même, bloqué entre quatre murs, condamné à dialoguer avec son écran de télévision. Sur les plateformes en ligne, sur les chaînes américaines ou en DVD, les séries ont sûrement été les meilleures compagnes que nous puissions trouver, dans un temps incertain où les cinémas et les librairies ont vu leurs portes se fermer. Le monde de la culture semble donc avoir puisé son salut dans le format télévisuel, et les séries de cette liste, découvertes ou revisionnées, inédites ou anciennes, achevées ou en cours de production, ont été les alliées indispensables de mon année 2020.


Lost

Diffusée pour la première fois il y a presque vingt ans, Lost reste encore aujourd’hui l’une des œuvres majeures des années 2000. Il faut dire que rarement une série aura su entretenir à ce point le mystère autour de son intrigue, de ses personnages et de son lieu, une île perdue au milieu du Pacifique sur laquelle s’est écrasé le désormais mythique vol Oceanic 815. Sur fond de réflexion métaphysique, de voyages dans le temps, de nombres maudits et de phénomènes électromagnétiques, Lost brode au fil de ses six saisons un univers complet et fascinant, qui revêt aujourd’hui un statut inclassable et une véritable aura de légende. Au-delà de son ambiance mystique, de son énigme constante et de son aspect indéniablement ludique, la série est avant tout une magnifique aventure humaine et une grande fresque romantique. En créant des liens entre tous ses personnages, dont les histoires respectives sont révélées à travers de nombreux flash-back, la série ne manque pas de devenir, dans un final somptueux et émouvant, une immense ode à l’amour comme unique raison de vivre, ainsi que l’une des plus grandes œuvres audiovisuelles jamais réalisées sur le sens de l’existence.


Devs

Alex Garland n’a pas fini de révolutionner le petit monde de la science-fiction. Après ses deux films Ex Machina et Annihilation, le cinéaste britannique cède aux lueurs du petit écran avec Devs, une série vertigineuse et hypnotisante parmi les plus grandioses de ces dernières années. Dans un mélange des genres ébouriffant, entre science-fiction sophistiquée et thriller psychologique, Devs impose d’emblée son univers énigmatique et son ambiance déroutante pour mieux interroger l’acte créateur et remettre en cause notre propre notion de libre-arbitre. Une quête métaphysique inoubliable et saisissante, dans laquelle déterminisme et existentialisme se confrontent pour mieux bouleverser nos certitudes et notre perception tronquée de la réalité.

⇒ Lire la critique complète


Gilmore Girls

Pour survivre au confinement du mois de mars, difficile de trouver la série idéale. Avec ses personnages tous attachants, ses dialogues savoureux et son ambiance cotonneuse, Gilmore Girls s’est avérée la candidate parfaite pour créer un cocon douillet dans lequel s’enrouler confortablement, bien au chaud. Entre amourettes mignonettes, soirées en famille et conversations décontractées autour d’une bonne tasse de café noir, Gilmore Girls nous plonge avec douceur dans le quotidien ordinaire et familier de Lorelai et de sa fille Rory, liées par une relation extrêmement fusionnelle. Une série drôle, tendre et optimiste qui donne du baume au cœur et pousse les plus sentimentaux à revenir fouler régulièrement les pavés cléments et idylliques de la petite ville de Stars Hollow.


Ted Lasso (saison 1)

Qui aurait cru qu’une série sur le football serait le petit miracle que nous attendions tous en 2020 ? C’est pourtant ce qu’est devenue Ted Lasso, dépassant largement son statut de petite comédie estivale modeste et sympathique. Grâce à son protagoniste à l’optimisme sans faille, sa bonne humeur ambiante et sa bienveillance à toute épreuve, la série a su s’imposer comme le programme le plus réconfortant de l’année, apportant son lot d’émotions et de rires. Avec un humour britannique bon enfant, des personnages humanistes et une bonne dose de tendresse, Ted Lasso redonne durablement le sourire, rend profondément heureux et prouve que la bienveillance et la générosité sont les meilleures armes pour réenchanter le monde.

⇒ Lire la critique complète


Zoey’s Extraordinary Playlist (saison 1)

En 2020, aucune série n’a su faire pleurer dans les chaumières aussi bien que Zoey’s Extraordinary Playlist. Derrière ses allures de petite comédie musicale féminine et légère, la série a su toucher profondément tous ses téléspectateurs. En explorant des thèmes tels que le deuil, la quête de soi, la solitude affective et l’angoisse parentale, Zoey’s Extraordinary Playlist affirme son humanité et, avec beaucoup de générosité et des chansons aux styles éclectiques, invite à plus d’écoute et d’entraide au sein des relations familiales, amicales et amoureuses. Surtout, en transposant à l’écran la maladie dégénérative rare de son père, le créateur Austin Winsberg apporte une touche personnelle unique, qui ne manque pas de plonger la série dans un grand bain d’émotions dévastatrices. Rarement une série aura ouvert aussi grand son cœur, et fait battre les nôtres aussi fort. Heureusement, nos battements enthousiastes pourront continuer face à la très attendue deuxième saison, diffusée en ce début d’année 2021.


The Good Place

Après Parks and Recreation et Brooklyn Nine-Nine, le créateur Michael Schur reste la référence quand il s’agit de nous offrir les meilleures comédies du petit écran. Avec The Good Place, une série moderne, décalée et originale sur la vie après la mort, il trouve l’occasion parfaite d’allier force comique, inventivité visuelle et réflexion existentielle. Dans un univers à l’architecture maîtrisée et aux effets spéciaux ingénieux, la série explore pleinement sa vision unique de l’Au-delà, où nous faisons la connaissance de personnages infiniment attachants. Derrière ses apparats colorés, ses dialogues pétillants et son énergie communicative, The Good Place s’affirme petit à petit comme une réflexion profonde sur les notions de Bien et de Mal et sur le sens de la vie. Grâce à son enthousiasme toujours revigorant, The Good Place fait désormais partie des programmes indispensables que l’on revoit pour faire le plein de bonne humeur, d’optimisme et d’humanité.

⇒ Lire la critique complète


Crazy Ex-Girlfriend

Pour retrouver le moral en ces temps compliqués, rien de mieux que de revoir entièrement une série musicale drôle et intelligente. En suivant le parcours initiatique chaotique et inspirant de sa protagoniste Rebecca Bunch, Crazy Ex-Girlfriend s’est imposé comme l’un des meilleurs programmes sur l’accomplissement de soi, la quête identitaire et l’émancipation amoureuse. Grâce à des chansons originales aux paroles parodiques et aux rythmes entêtants, la série explore le mal-être de tous ses personnages, étonnamment « normaux » et proches de nous par leurs faiblesses et leurs angoisses respectives. Souffrant d’un trouble de la personnalité, Rebecca exprime surtout sa peur panique de l’abandon et de la solitude dans un ouragan d’émotions et d’impulsions, tandis que ses amis se retrouvent incapables de se confronter aux obligations de la vie adulte, restent engoncés dans leur idée superficielle du bonheur et de la réussite sociale, ou doivent gérer avec difficulté leur alcoolisme ou leurs problèmes conjugaux. Derrière son ambiance euphorique et déjantée, Crazy Ex-Girlfriend reste une grande série féminine et introspective sur laquelle nous reposer pour oser affronter nos propres démons.


The Crown (saison 4)

Après une troisième saison en demi-teinte, The Crown revient sur le devant de la scène en réaffirmant haut et fort sa puissance dramatique et son aura majestueuse. En écrouant plus que jamais ses protagonistes, la série n’en finit pas de dresser le portrait d’une monarchie britannique bien campée dans ses traditions et ses idéaux, prête à sacrifier sur l’autel du conservatisme ses nouvelles générations en quête de modernité. Enfermés dans un mariage cauchemardesque, le prince Charles et la princesse Diana font ici figures de victimes romanesques et tragiques, redonnant à la série tout son pouvoir de fascination ténébreux et suprême. Totalement passionnante dans ses histoires d’amours déçues et de destins brisés, la série excelle encore une fois à nous révéler l’envers du décor royal, dans cette quatrième saison où règnent frustrations, rébellions et fatalité.

⇒ Lire la critique complète


Outlander

Adaptée de la saga littéraire débutée par Diana Gabaldon dans les années 1990, Outlander connait un franc succès depuis son apparition sur petit écran. Il faut dire qu’à l’instar de son modèle littéraire, la série, grâce à son aura mystique et sa reconstitution d’époque remarquable, s’avère très rapidement addictive et originale. Après la Seconde Guerre mondiale, alors qu’elle voyage en Écosse avec son mari, Claire est malencontreusement transportée dans une autre époque que la sienne, le XVIIIe siècle. Confrontée aux mœurs douteuses des Highlanders et au soulèvement jacobite qui se prépare en 1745, la jeune anglaise devra s’adapter à cette nouvelle vie, tiraillée entre passé et présent. En mêlant récit historique, culture gaélique et romance passionnelle, Outlander réserve aussi son lot de magnifiques paysages écossais, d’aventures passionnantes et de magie folklorique. Une série résolument dépaysante, idéale pour voyager sans quitter son salon.


 

10 réflexions sur « Mon année 2020 en séries »

  1. Bonjour Émilie,
    The Crown saison 4, je termine bientôt. Excellente cuvée en effet, qui rehausse la précédente un brin plus faible (malgré quelques épisodes assez forts, comme celui de l’accident minier).
    The Devs me tente bien dans ta liste.
    De mon côté, j’en ai profité pour dévorer cinq saisons de « better call Saul » (presque fini), prequel jubilatoire et incroyablement brillant de l’excellent « breaking bad ».
    Excellente également je suis actuellement sur « Mindhunter » de David Fincher, du haut niveau.

    Aimé par 1 personne

      1. Bonjour, et excellente année également !
        J’entends beaucoup parler de Better Call Saul, mais je n’ai jamais réussi à regarder Breaking Bad jusqu’au bout. Est-ce qu’on peut regarder le prequel sans connaître la série d’origine ?
        Mindhunter, c’est vraiment excellent, j’ai beaucoup aimé les deux saisons !
        A très bientôt ! 🙂

        Aimé par 1 personne

        1. Tu peux. Tout se passe avant l’affaire breaking bad. Cette série est plus rythmée, plus drôle aussi (le personnage veut ça). On y retrouve des personnages qui seront liés à Breaking bad et ça te donnera peut-être envie de t’y remettre (perso je me suis revu qq épisodes du coup 😉).
          Mindhunter, c’est une série qualité ciné.

          Aimé par 1 personne

  2. Très bonne année ! Lost je suis en plein re-visionnage, je l’ai découverte bien après sa diffusion et j’ai adoré dès les premières secondes, j’ai adoré les personnages et l’intrigue complexe !
    Il faut que je me plonge dans The Crown et Outlander, surtout que je n’ai pas vraiment apprécié le premier tome de cette dernière.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup, bonne année également !
      Lost est vraiment une série unique ! Ce doit être un pur bonheur de tout revoir ! Bon revisionnage en tout cas ! 🙂
      Je comprends tout à fait pour le premier tome d’Outlander. Je suis actuellement en train de lire le tome 3 et c’est vrai que certains passages peuvent paraître un peu archaïques pour nos yeux contemporains. Cependant, la série est globalement bien meilleure : les personnages y sont plus sympathiques et humains, et l’émotion y est bien plus forte que dans les livres. J’espère que la série te plaira, et The Crown aussi !

      Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour tes commentaires Frédéric ! 🙂
      J’espère que la saison 4 de The Crown te plaira, et que Serge Joncour saura t’embarquer grâce à son Nature humaine !
      Outlander oui, c’est vraiment très beau visuellement. J’ai bien avancé dans la série et dans les livres, il y a des hauts et des bas, mais globalement, c’est très réussi ! Les paysages sont magnifiques, ça donne diablement envie de braver le Brexit pour partir s’installer en Écosse !
      Je te souhaite une bonne soirée Frédéric, et à très bientôt pour de nouveaux échanges ! 🙂

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s