Le Petit Prince ~ Antoine de Saint-Exupéry

Au nom de la rose

Publié en 1943, Le Petit Prince n’a jamais paru autant d’actualité. Deuxième livre le plus traduit au monde après la Bible, ce chef-d’oeuvre signé Antoine de Saint-Exupéry a traversé les générations et trotte encore dans les esprits des enfants d’hier et d’aujourd’hui. Après un tel succès à travers les âges, il apparaît désormais fondamental de relire Le Petit Prince de nos jours, non seulement parce que ce petit roman lu en deux temps trois mouvements se montre bel et bien indémodable, mais également car il est un véritable poème, un voyage au cœur de l’imaginaire, un hymne à l’innocence, à la nature et au monde, une célébration des choses simples qui font toute la beauté de l’existence.

Dans ce petit conte d’aventures célestes, Antoine de Saint-Exupéry exhorte les enfants à rêver, à croire qu’il existe, quelque part dans les étoiles, un petit prince vivant sur une minuscule planète, dont les seules préoccupations sont de ramoner ses trois volcans (deux en activité et un éteint, mais on ne sait jamais), désherber ses pousses de baobab et prendre soin de sa rose, un peu trop vaniteuse pour un cœur si pur. Le quotidien ordinaire de ce petit être extraordinaire est ponctué de communions avec la nature, de couchers de soleil, de contemplation du monde mais aussi de solitude. Comme le bonheur n’est réel que lorsqu’il est partagé, le Petit Prince part en quête d’un ami, dans un voyage intersidéral qui le mènera jusque sur Terre.

Durant son périple astral, le Petit Prince rencontre des grandes personnes étonnantes : un roi, un vaniteux, un buveur, un businessman, un allumeur de réverbères, un géographe et un marchand, qui n’ont pour seul horizon que la vanité, le pouvoir, l’argent, le travail et le prosaïque. Autant d’individus emprisonnés par les responsabilités et le matérialisme, qui n’ont plus le sens du merveilleux, qui ont perdu le goût de la poésie, et qui nous ressemblent profondément. À travers eux, ce sont tous les travers de l’être humain que dessine Saint-Exupéry, tous les vices encore actuels d’un monde moderne qui ne tourne plus rond. À travers eux, ce sont nos comportements contemporains qui sont pointés, tel un miroir que nous tendrait l’auteur avec plusieurs décennies d’avance.

Dans son habit de jouvence, Le Petit Prince se métamorphose alors rapidement en une réflexion philosophique qui s’adresse plus particulièrement aux adultes. En déconstruisant le sérieux et l’absurdité du monde des grandes personnes par l’incompréhension enfantine du Petit Prince, Saint-Exupéry nous incite à réveiller l’enfant qui sommeille en chacun de nous, à embrasser pleinement l’essence de ce qui nous entoure, à retrouver une vision du monde primitive et spontanée, presque naïve. Une conception de la vie  et du monde inspirée par le personnage du renard, animal doux et avisé, qui, par ses leçons primordiales et ses paroles pleines de sagesse, nous donne le pouvoir de contrer une humanité vidée de toute substance et dénuée de joie de vivre.

Dans cette oeuvre intemporelle aux illustrations envoûtantes, Antoine de Saint-Exupéry prône en réalité des valeurs universelles telles que l’amitié, le respect de la nature, la pureté de l’enfance et la beauté du monde, si bien que Le Petit Prince peut aujourd’hui être vu comme une fable écologique et humaniste, terriblement visionnaire, viscéralement indispensable. Avec ses cheveux couleur de blé, ses grands yeux ébahis et ses questionnements existentiels, le Petit Prince nous invite joliment à réapprendre l’importance des moutons et des fleurs, la beauté des étoiles et des couchers de soleil, le besoin vital que nous avons de nous apprivoiser les uns les autres. En plus de nous souffler à l’oreille, avec malice et délicatesse, le secret le plus précieux qui soit : « On ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux. »

2 réflexions sur « Le Petit Prince ~ Antoine de Saint-Exupéry »

  1. Coucou Emilie ! Merci pour cette chronique car je suis moi aussi très attaché à l’immense « Le petit prince » de Antoine de Saint-Exupéry. Je trouve ta chronique très belle et je souscris totalement à cette idée d’une « fable écologique et humaniste ». C’est un texte intemporel qui dégage une pureté, une candeur, oui il y a un côté naïf (là encore je te rejoins), utopique à ce texte mais c’est si beau, si juste. J’ai retweeté ton article du coup.
    Je te souhaite une excellente soirée Emilie, @très vite pour d’autres échanges culturels 😊

    Aimé par 2 personnes

    1. Merci Frédéric pour ton retour ! J’ai relu ce livre récemment pour la première fois depuis mon enfance, et ce fut un véritable choc. C’est d’une beauté incomparable, d’une poésie envoûtante, d’une modernité évidente. Je le relirai certainement de nombreuses fois dans les années à venir !
      Merci mille fois pour ton commentaire et ton retweet Frédéric ! Passe une bonne soirée, à très bientôt ! 🦊🌹

      Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s