Diego Maradona ~ Asif Kapadia

La main de Dieu

Asif Kapadia s’est toujours montré maître dans l’art de dresser les portraits de célébrités en déchéance. Dans Senna et Amy, deux documentaires de qualité, le cinéaste reconstituait avec brio les destins brisés d’Ayrton Senna et d’Amy Winehouse, tous deux pris dans les filets d’une renommée envahissante qui les a menés vers l’obsession et vers la mort. Avec Diego Maradona, présenté Hors compétition lors du dernier Festival de Cannes, Asif Kapadia continue d’explorer ce qui a fait la réussite de ses deux précédents documentaires : dévoiler, à coup d’innombrables archives visuelles et sonores, l’être humain qui se cache derrière le mythe.

De son enfance à aujourd’hui, de ses heures de gloire à sa descente aux enfers, la vie de Diego Maradona nous est livrée sur un plateau d’argent. Toujours aussi habile pour mêler vidéos publiques et intimes, photos de famille, témoignages et conversations téléphoniques, Asif Kapadia jongle avec les archives comme personne, dans un montage toujours dynamique et galvanisant, accompagné d’une musique électronique tout aussi vivifiante. Ce qui frappe surtout dans cette reconstitution passionnante, c’est la beauté désuète des images qui nous sont données à voir, le grain de la pellicule procurant irrémédiablement une aura de nostalgie au film, qui ne s’autorisera qu’une infime poignée de plans tournés en numérique.

Surtout, le documentaire expose à merveille cette dualité complexe entre l’homme et la légende, entre Diego, le garçon peu confiant du bidonville de Villa Fiorito, en Argentine, qui rêvait de s’en sortir grâce au sport, et Maradona, le roi, le héros, le dieu adulé par tous. Protégé par la mafia italienne la Camorra, star de tous les plateaux télévisés, considéré comme supérieur à Dieu après sa très fameuse main lors de la Coupe du Monde de 1986, Diego Maradona finira pourtant par vivre sa célébrité comme un fardeau. Le film oscille alors entre légèreté, euphorie lors des matches de football, humour même, lorsque le sportif évoque ses multiples conquêtes féminines, et une tristesse insondable, celle qui nous étreint lorsque nous découvrons cet homme autrefois tant admiré devenir prisonnier de la drogue et bouc-émissaire des médias.

Certains plans finissent d’ailleurs par atteindre une force émotionnelle certaine, comme lorsque, vers la fin du film, la caméra s’attarde longuement sur le visage du footballeur, l’air complètement hagard en pleine soirée familiale, ou lorsque, dix ans plus tard, nous découvrons un Maradona méconnaissable, altéré par la maladie et l’excès. Dans ce film percutant, Asif Kapadia confirme donc cette capacité rare, notamment en-dehors du monde de la fiction, à faire ressentir le temps qui passe, la nostalgie d’une époque révolue, la jeunesse perdue d’un homme vieillissant.

Face à tant de maîtrise dans la mise en scène et le scénario, la seule petite chose que nous pourrions reprocher à Asif Kapadia, c’est son manque de renouvellement et d’originalité. Diego Maradona est certes un nouveau documentaire très réussi, mais le cinéaste semble se reposer un peu trop sur ses lauriers, reprenant exactement le dispositif utilisé dans Amy et dans Senna. Si nous aimerions voir Kapadia exceller dans des propositions différentes, nous ne pouvons pour l’instant que saluer son talent indéniable pour nous exposer la vie des autres comme un véritable roman, comme une fascinante tragédie.


Film vu dans le cadre du Festival de Cannes 2019


 

2 réflexions sur « Diego Maradona ~ Asif Kapadia »

  1. Il doit être bien ce documentaire. Maradona c’était plus qu’un joueur et tu l’expliques très bien. Ce qu’il a vécu à Naples est insensé : cette ferveur, cette pression.. il aurait pu en mourir dix fois mais tel le phénix il renaissait à chaque fois. Je le regarderais. Merci Émilie, excellente soirée à toi 😊

    Aimé par 1 personne

    1. Asif Kapadia est vraiment le maître en la matière ! C’est moins émouvant que le film sur Amy Winehouse (sûrement parce que je suis plus férue de musique que de football), mais il a su rendre le destin de Maradona vraiment passionnant ! Il y a toujours ce plaisir coupable à découvrir la vie de ces célébrités en déchéance : Kapadia satisfait notre curiosité mais on se sent voyeurs, intrusifs… C’est un sentiment à la fois grisant et très problématique, c’est pourquoi ses films méritent toujours le détour, car ils interrogent notre regard !
      Bonne semaine Frédéric, à très bientôt ! 🙂

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s