Game of Thrones (saison 5) ~ D.B. Weiss & David Benioff

Le calme avant la tempête

Après une quatrième saison particulièrement meurtrière, Game of Thrones entre dans une période de transition. Fuites, voyages et rencontres sont au programme de cette saison 5, où se préparent en douceur des intrigues qui se révéleront primordiales dans le chapitre suivant. Plus posée que les précédentes saisons, celle-ci met surtout en exergue la capacité de la série à étirer sur la longueur ses quêtes de pouvoir, ses vengeances et ses batailles d’ego pour mieux sonder le fond de ses personnages, leurs forces comme leurs failles.

Ici, les personnages connaissent tous des épreuves difficiles à surmonter : Jon Snow est totalement discrédité auprès de ses hommes, Arya emploie des moyens extrêmes pour concrétiser ses espoirs de vengeance, Sansa se retrouve coincée dans un mariage forcé pour reconquérir Winterfell et Tyrion se voit contraint de fuir après [Attention spoilers] l’assassinat de son père à la fin de la quatrième saison. Formellement, tous ces événements se déroulent avec une atonie parfois déstabilisante – la quête d’Arya se révèle un tantinet soporifique, par exemple – mais permettent bel et bien à la série de creuser davantage le fond de son intrigue, d’approfondir la psychologie de ses personnages et d’éclaircir, de saison en saison, leurs motivations et leur mode de fonctionnement.

Au niveau de l’intrigue elle-même, cette lenteur permet également aux protagonistes, notamment aux héroïnes, d’exprimer enfin leur volonté, ou, au contraire de révéler leurs faiblesses et d’apparaître plus humaines aux yeux des spectateurs. Daenerys, qui jusqu’ici s’affirmait comme une femme de caractère prête à tous les sacrifices pour intégrer le clan de Khal Drogo puis pour diriger le royaume de Meereen, se montre dans cette cinquième saison capable d’erreurs et en proie aux doutes face à la rébellion de son peuple ainsi qu’à la puissance grandissante de ses dragons. Sansa, à l’inverse, personnage quelque peu effacé et conventionnel dans les premières saisons, s’impose petit à petit face au terrifiant Ramsay Bolton, aiguillée par Littlefinger et sa verve imparable. Une preuve que Game of Thrones n’est pas seulement une série où règnent les cliffhangers et les scènes d’action, mais que le programme sait aussi prendre le temps de poser son récit, de fouiller la complexité de ses personnages et de laisser s’installer le suspense pour mieux laisser éclater les conflits en fin de saison ou dans la saison suivante.

Cependant, cette cinquième saison comporte tout de même quelques moments forts, des scènes déjà considérées comme cultes par les fans de la série. Le fameux « Walk of shame » de Cersei est devenu l’une des séquences préférées des spectateurs tant le personnage est haï depuis le pilote du programme. Pourtant, si l’on y regarde de plus près, cet événement ne peut être qu’une pierre de plus dans la déconstruction du personnage [Attention spoilers] après la mort de deux de ses enfants, tel un coup de poignard supplémentaire qui, si l’on a bien cerné le caractère de l’impitoyable reine, pourrait bien lui faire gagner en perfidie et se révéler fatal pour les autres personnages dans les saisons à venir. La fin de saison a également fait couler beaucoup d’encre : [Attention spoilers] trahi par ses hommes après s’être allié aux Sauvageons pour affronter l’armée des Marcheurs Blancs, Jon Snow se fait poignarder par un jeune apprenti et tombe raide mort, le regard face à la caméra, avant que l’arrivée du générique de fin ne laisse le spectateur dans la consternation la plus totale. Car si Game of Thrones fait ici preuve d’une sagesse jusqu’alors peu assumée, elle n’oublie pas pour autant de rappeler qu’elle est aussi l’une des meilleures séries actuelles pour faire languir son audience et donner lieu à toute une flopée d’hypothèses diverses et variées.

Avec ses intrigues fouillées et sa capacité à toujours surprendre, Game of Thrones a su s’imposer dans le paysage télévisuel actuel. Là où la série parvient à se démarquer des autres programmes contemporains, c’est dans son aptitude à diffuser son aura au-delà de son existence audiovisuelle. Le bruit qu’elle crée sur les réseaux sociaux, dans les conversations quotidiennes ou même les études sociologiques et politiques qu’elle génère ont véritablement fait d’elle l’une des séries qui aura, lors de ces dix dernières années, le plus véritablement et considérablement marqué l’imaginaire collectif.

Une réflexion sur « Game of Thrones (saison 5) ~ D.B. Weiss & David Benioff »

  1. Il faut vraiment que je m’y mette. J’ai quand même 6 saisons de retard alors que tout le monde me dis que c’est top 😉 Je suis toujours impressionné par tes connaissances en matière de séries. C’est riche. Bonne soirée Emilie ! 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s