Sisters ~ Jason Moore

Teenage Nightmare

Il y a maintenant quatre ans, Jason Moore frappait fort en réalisant Pitch Perfect. Mettant en scène une bande d’étudiantes soudées tant dans leur amitié que sur une scène, cette comédie chantante totalement décomplexée est devenue depuis lors le film culte de toute une génération, notamment grâce à la fameuse chanson Cups interprétée par Anna Kendrick, qui a atteint les tympans de milliers d’adolescents en faisant le tour du web. Aujourd’hui, le réalisateur revient avec Sisters, où il s’attache à nouveau à filmer des femmes de caractère, cette fois-ci sur le déclin car entrant dans une phase où leur jeunesse se trouve désormais derrière elles. En plus d’avoir pour ambition de dresser le portrait de deux femmes en mal d’insouciance, Jason Moore s’arme d’un argument choc, celui de réunir sur grand écran l’un des duos féminins de télévision les plus populaires d’Amérique, Amy Poehler et Tina Fey.

Mais très vite, l’espoir de voir les deux actrices dans une grande comédie cinématographique s’envole, et ce dès les premières minutes. Le plaisir de retrouver Tina Fey et Amy Poehler – après avoir ri à leurs côtés dans leurs séries respectives 30 Rock et Parks and recreation, ou dans leurs sketches du Saturday Night Live – se trouve rapidement entaché par la teneur des personnages qu’elles incarnent. Les comédiennes s’illustrent ici dans les rôles des exubérantes Kate et Maura, des sœurs visiblement prêtes à toutes les folies, et notamment à organiser une grande fête débridée, pour revivre ne serait-ce qu’une once de leur adolescence et se convaincre elles-mêmes qu’elles sont encore dans l’air du temps. La complicité du duo d’actrices a beau être évidente, elle ne suffit pourtant pas à créer l’alchimie attendue : les deux femmes, qui surjouent constamment, nous offrent au contraire un spectacle des plus désolants, dans la peau d’adolescentes attardées hystériques incapables de prendre leur vie d’adulte en main. Un postulat éminemment régressif quand on pense à la justesse dont elles font preuve dans leurs programmes télévisuels quant à la représentation des « middle-aged women » .

Plus décevant encore, le rire peine réellement à naître devant ce film où la vulgarité règne à tous les plans. Un humour uniquement situé en-dessous de la ceinture et des situations qui dépassent largement les limites du mauvais goût ne font qu’enliser les personnages dans leur bassesse. De plus, les gags, devant lesquels on aimerait au moins décrocher un sourire, s’enchaînent avec une platitude telle qu’ils ne parviennent à créer qu’un climat de malaise et de gêne. La présence de Maya Rudolph (vue notamment dans Mes Meilleures amies) et d’Ike Barinholtz (surtout connu pour son rôle de Morgan Tookers dans la série The Mindy Project) n’arrange rien à l’ensemble, tant leurs personnages sont dénués de substance et se réduisent à des types bien trop conventionnels (l’ennemie jurée et le beau gosse qu’il faut à tout prix mettre dans son lit). Devant ce cirque d’un vide abyssal, on pense avec regret que Fey et Poehler auraient mieux fait de prendre les rênes de cette comédie potache. Sisters en aurait certainement été un objet bien meilleur, moins trivial et beaucoup plus intéressant dans son propos.

L’entreprise de Jason Moore semble donc un peu vaine, tant le duo Poehler/Fey est loin d’avoir besoin de ce film, mollasson et amplement dispensable, pour cristalliser son union et pour pouvoir exister dans le paysage audiovisuel américain. Manquent en réalité à ce grand bazar sans âme une mélancolie plus prononcée – dont seul Judd Apatow semble avoir le secret, en tout cas dans le domaine de la comédie -, ainsi qu’une réelle interrogation sur la place des femmes dans la société actuelle, une question nettement mieux traitée dans Unbreakable Kimmy Schmidt, le dernier bébé télévisuel de Tina Fey. Si les deux actrices souhaitaient elles aussi retomber en adolescence, c’est désormais chose faite avec cette comédie rétrograde, où leur humour mature et réfléchi ainsi que leur féminisme revendiqué en prennent un sacré coup. « L’adolescence ne laisse un bon souvenir qu’aux adultes ayant mauvaise mémoire », disait François Truffaut ; certain(e)s persistent pourtant à vouloir y retourner, sans se soucier une seconde du ridicule…

4 réflexions sur « Sisters ~ Jason Moore »

  1. Ben dis-moi, ce film se fait démolir à chaque fois que j’en lis une critique. Pourtant, la bande-annonce m’avait arraché quelques petits éclats de rire prometteurs, sachant que, de base, je suis une fervente adepte du duo Poehler//Fey. Ça refroidit sacrément l’enthousiasme de lire des posts comme le tien (mais toujours bien écrit, donc ça passe crème 😀 ) !

    J'aime

    1. Je suis aussi une fervente adepte du duo Poehler/Fey, et j’avais adoré Pitch Perfect (gros plaisir coupable) mais alors là, ça ne vole pas haut ! C’est vrai que la bande-annonce donne plutôt envie, puis on se laisse surtout tenter par la réunion des deux actrices, mais sur deux heures, c’est vite insupportable. Tu peux toujours le voir pour te faire ton propre avis, mais je te souhaite bien du courage !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s